Black Cat Tree U-Pose


Ces dernières années, Johann Troppacher, pêcheur de l'équipe Black Cat, n'a jamais manqué une occasion de se plonger dans le monde des silures pendant plusieurs mois sur le Pô. Il a pu fêter de nombreux grands succès en Italie. Grâce à sa grâce et à son énergie de fer, il parvient toujours à mettre de gros poissons sur la ligne. Comment procède-t-il ?

"Il faut vivre avec son temps...", répond l'expert en poissons-chats. "Les silures ont définitivement une certaine capacité de réflexion ou une très bonne faculté de discernement. Ce sont de véritables artistes de l'adaptation et de la survie lorsqu'il s'agit de braver les conditions les plus défavorables. Ils peuvent changer de comportement en un clin d'œil et sont parfaitement préparés en cas d'urgence. J'entends par là non seulement l'adaptation à certains facteurs environnementaux, mais aussi à divers appâts ou méthodes de pêche".

Comparé à d'autres "vieux briscards" qui ont beaucoup plus d'années à leur actif sur le fleuve, il a pu observer en relativement peu de temps quelques changements considérables dans le comportement des animaux : "J'ai passé mes premières années très souvent sur le delta. La pêche aux grands carnassiers y dépend d'un équipement adéquat. Derrière une marque forte se cache une équipe forte et c'est ainsi que j'ai toujours pêché avec des bouées Black Cat, qui m'ont permis d'accrocher plus d'un gros silure à mon hameçon. Quelques années plus tard, le montage classique de bouées ne m'a apporté le succès escompté qu'en combinaison avec un long système de potence. Un autre exemple : Il y a quelques années encore, le combi-rig était mon montage standard. Partout où c'était possible, je l'utilisais pour attraper les "très gros". Mais cela aussi a fini par disparaître.

"Il faut vivre avec son temps"

Johan Troppacher, Team Black Cat

Aujourd'hui encore, des récits des années 90 nous rappellent que les pêcheurs de silures du Pô de l'époque posaient simplement un appât quelconque sur un montage quelconque, généralement juste à côté du bateau à moteur, et qu'ils ne devaient pas attendre longtemps avant de déjouer le premier poisson d'exception. Actuellement, je m'efforce essentiellement de passer le moins souvent possible avec le bateau pneumatique sur le lieu de pêche proprement dit. La devise est de garder son calme, d'éviter la lumière et d'attacher proprement les montages, etc. Mais le silure a lui aussi évolué. Il est malin lorsqu'il ne se laisse pas prendre à toutes les présentations d'appâts connues. Une fois que celle-ci est devenue un "vieux chapeau", le moment devrait être venu, au plus tard, de se réorienter.

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Je suis un pêcheur convaincu de U-Posen. Pour moi, c'est la méthode la plus importante et la plus attractive pour pêcher le silure en rivière ! En effet, grâce à la flottabilité du U-Pose, l'appât est placé un étage plus haut et exerce ainsi une stimulation de mouvement sur les silures massifs. En fonction de la saison, de la température de l'eau et du lieu de pêche, le pêcheur de silure moderne devrait toujours avoir un choix "sous la main" : des modèles légers et des modèles lourds, ou encore des modèles voyants et des modèles discrets.

Les U-Poses existent déjà comme du sable sur la mer et c'est très bien ainsi ! Une citation d'Henry Ford dit : "Tout peut toujours être fait mieux que ce qu'il est". Et c'est précisément sur cette base que repose la pose en Tree U de Black Cat. C'est un véritable exemple de parade, car son corps de forme originale génère de très fines ondes de pression et des tourbillons sous l'eau. Le silure est stimulé jusqu'à ce qu'il ne puisse plus résister. Le piège se referme - applaudissez Black Cat" !

Pendant les mois de printemps, lorsque la visibilité dans le grand fleuve est généralement très claire, les Tree-U-Posen aux couleurs vives sont un véritable eye catcher pour les uraniums. En été, lorsque la température de l'eau est très élevée, les animaux indolents se laissent souvent déclencher par les forts tourbillons créés par ces U-Poses. Les mois d'automne sont quant à eux marqués par des phases de crue et de fortes variations de température. Les silures sont alors tantôt d'humeur à manger, tantôt pas du tout. Mais c'est aussi en automne que Johann joue au poker avec le "Turbo-Tree" de Black Cat sur les "grands gaillards".

"Je ne sais pas s'ils succombent à la couleur ou à la forme. Ce qui compte, c'est que les silures mordent à pleines dents et que tu récoltes les gros calibres... Et c'est bien de cela qu'il s'agit ;-)"

Johann est tout simplement aux anges avec le Tree-U-Pose de Black Cat ! Les pêcheurs de silure aiment les couleurs vives et l'originalité... les silures aussi, apparemment !

Bien à vous

Johann Troppacher, Team Black Cat

La puissance à l’état brute!

Quelques images de nos aventures halieutiques:


Consultez le catalogue des produits


Trouvez votre revendeur Black Cat